dimanche 29 mars 2015

Rapport d'observation astronomique 2015.03.28.s D'échecs en succès


Samedi 28 mars 2015, approximativement de 20h30 à 22h00.
Site d'observation: de ma galerie.
Conditions d'observations: ciel parfaitement dégagé, pollution lumineuse urbaine, Lune gibbeuse ascendante, grands arbres et bâtisses masquant une grande partie du ciel, environ -5°C, pas de vent sauf deux violentes bourrasques en fin de sortie.
Instruments: jumelles Bushmaster 10x50, pour les premiers repérages et télescope Sky-Watcher 203/1200, avec des oculaires de 32, 12 et 5 mm, pour des grossissements respectifs de 38, 100 et 240 fois et des champs réels respectifs de 112', 36' et 15'.
Objectifs de la sortie: observer Regulus, quelques galaxies dans le Lion et la Grande Ourse, ainsi que la Nébuleuse du hibou.

Objets célestes observés (légende: * étoile simple double ou multiple, ¤ objet du ciel profond):

* Regulus, α Leonis: étoile double très largement séparée à 38x et 100x. Je ne m'y attarde cependant pas, car elle va disparaître derrière la maison et, surtout, j'ai hâte de voir les galaxie du Lion.

Malheureusement, à part Regulus, tous les objets célestes que je me suis donné pour but de trouver sont noyés dans la pollution lumineuse: les galaxies M65, M66, NGC 3628, M95, M96 et M105 dans le Lion, ainsi que la galaxie M109 et la nébuleuse planétaire M97 (le Hibou) dans la Grande Ourse. Malgré le fait que j'ai bien trouvé leurs emplacements (ayant bien repéré les étoiles proches), je dois avouer que je suis largement découragé de ces huit échecs consécutifs. Pour me consoler, je pense chercher M81 et M82, déjà observées de ma galerie, donc visibles. Mais elles sont pratiquement au zénith et un léger mal de dos, que je ne veux pas voir empirer, me rend les contorsions pénibles. Je laisse donc tomber, complètement abattu.

Cependant, au moment où je me prépare à tout rentrer, j'aperçois Cor Caroli, α Canes Venaticorum, et je me rappelle: «Il me semble qu'il y a des choses intéressantes, autour de cette étoile». C'est à ce moment que la partie de plaisir commence – courte, mais très agréable, dans cette région du ciel que je ne connais pas encore, sinon par les livres. J'y verrai quatre objets célestes que je n'ai jamais observés auparavant:

¤ Melotte 111, Amas stellaire Coma. En faisant aux jumelles une première exploration de cette région du ciel, je tombe dessus par hasard. C'est un superbe amas, très large, qui dessine un grand «7» prenant une large portion du champ, aux jumelles comme au chercheur. Au télescope, à 38x, il déborde du champ et on n'en voit qu'une partie. C'est ma première nouveauté de la soirée et j'en suis très content!
¤ M53, amas globulaire. Tant qu'à être dans Coma Berenices, la Chevelure de Bérénice, j'ai envie de voir cet amas qui, peut-être, sera plus facile à trouver qu'une galaxie dans un ciel de banlieue. Je le trouve facilement et l'observe avec les trois oculaires, sans pourtant réussir à le résoudre en étoiles. Comme j'aime beaucoup les amas globulaires, c'est une observation qui me fait bien plaisir. Et là, je commence enfin à penser que je n'aurai finalement pas perdu ma soirée, voyant un second objet céleste que je découvre pour la première fois. Wow!

J'en arrive enfin au voisinage de Cor Caroli (qui m'a un peu plus tôt décidé à ne pas mettre fin à ma sortie) et je me risque de nouveau pour une galaxie...

¤ M94, galaxie spirale. Miracle! À 38x, elle est déjà visible entre deux petites étoiles de magnitude 9,6. Là, sapristi, je suis carrément emballé: après ma série d'échecs de tantôt, j'ai enfin trouvé une galaxie. Je la grossis à 100x et 240x, sans parvenir à discerner de détails dans sa structure, mais qu'importe!
¤ M63, Galaxie du Tournesol. Avec les étoiles-jalons, je repère son emplacement à 38x, mais ce n'est qu'à 100x que je parviens à la voir, en vision indirecte, comme une petite tache blafarde. La petite étoile de magnitude 9,3, tout juste au nord de la galaxie est bien visible.

Deux bonnes bourrasques de vent très froid, survenues à quelques minutes l'une de l'autre, me décident finalement à rentrer, satisfait de ma soirée.

L'observation et la non-observation des objets célestes dont il est question dans le rapport d'observation de cette sortie me donnent une meilleure idée qu'auparavant de mes possibilités d'observation, de chez moi, en banlieue, avec le 203/1200.

Observation d'objets relativement étendus: La magnitude de M94 est de 8,2 et celle de M63 de 8,6. Je puis donc raisonnablement m'attendre à ne pas trouver, de chez moi, des galaxies ou des nébuleuses relativement étendues et, en même temps, moins lumineuses que la magnitude 8,6. Moins lumineuses que 8,2, toutefois, elles devraient être visibles en vision directe.

Observation d'objets peu étendus: Si je ne suis pas parvenu à voir M97, de magnitude 11,2, je suis tout de même déjà parvenu à voir d'autres nébuleuses planétaires de ma galerie, par exemple NGC 2392, de magnitude 10 – et celle-ci avec le 114/1000!

Quant aux étoiles, il faudra que je fasse le test pour voir jusqu'où je puis aller de chez moi (en terme de magnitude, évidemment).

Je dois cependant me rappeler que, en plus de la pollution lumineuse, il y avait, en cette soirée du 28 mars, une Lune gibbeuse ascendante.