samedi 18 juillet 2015

Bilan de ma première année d'observation, depuis mon retour à l'astronomie le 3 août 2014

T203/1200 à Saint-Pierre
Introduction

Le 3 août 2014, ayant quelques jours plus tôt reçu en cadeau de mon frère Emmanuel mon premier télescope réflecteur (un Celestron AstroMaster 114/1000), je me suis significativement lancé dans l'observation astronomique. Si, auparavant, quelques astronomes amateurs m'avaient montré des objets célestes dans leurs instruments, si j'avais trouvé par moi-même certains objets à l'oeil nu ou aux jumelles, il n'en reste pas moins que trouver des objets célestes au télescope était pour moi une expérience nouvelle (à part la Lune que je regardais, enfant, dans une lunette Tasco 50/600). Enthousiasmé, je me suis acheté un plus gros télescope dès octobre 2014 (un SkyWatcher Traditional 203/1200).

Objets observés – statistiques

En un an, que ce soit à l'oeil nu, aux jumelles ou avec un télescope, j'ai pu observer une quantité d'objets dépassant tout ce que j'aurais pu imaginer en août dernier !

Outre divers phénomènes comme des étoiles filantes, un météore et des conjonctions, outre les détails de surface lunaires et planétaires, outre les étoiles non observées pour elles-mêmes et outre la Voie Lactée (aucune observation de ces phénomènes, détails de surface ou objets célestes n'étant comptabilisés dans ces statistiques), voici un tableau résumant mes observations effectuées avec un instrument d'août 2014 à juillet 2015. Pour chaque catégorie d'objets, le premier nombre indique les objets que j'ai observés, peu importe si c'est moi qui les ai trouvés ou s'ils m'ont été montrés par un autre astronome amateur, tandis que le second nombre indique les objets que j'ai trouvés par moi-même.

Planètes : 7 - 6
Satellites naturels : 7 - 7
Comète : 1 - 1
Étoiles (systèmes simples, doubles ou multiples) : 41 - 41
Minuscules astérismes : 6 - 6
Nuage d'étoiles : 1 - 1
Amas ouverts : 41 - 39
Amas globulaires : 29 - 28
Nébuleuses planétaires : 7 - 7
Nébuleuse rémanent de supernovae : 1 - 1
Nébuleuses diffuses : 8 - 8
Nébuleuses obscures : 2 - 2
Galaxies : 57 - 55

Totaux : 208 - 202

Parmi les 208 objets que j'ai observés d'août 2014 à juillet 2015, il y en a 40 que j'avais déjà observés avant août 2014, que je les aie trouvés moi-même ou qu'ils m'aient été montrés par d'autres astronomes amateurs. Par ailleurs, si on ajoute à cette liste les deux comètes vues à l'oeil nu en 1996 et 1997, ainsi que les Dentelles du Cygne qu'Emmanuel m'avait montrées en 2013 (trois objets que je n'ai pas revus depuis ces dates) cela porte à 211 le nombre total d'objets que j'ai observés depuis mon enfance (mises à part les exceptions mentionnées plus haut).

Comme j'avais déjà observé 43 de ces 211 objets avant 2014 (incluant les deux comètes de 1996 et 1997 et les Dentelles du Cygne), j'ai donc observé 168 nouveaux objets depuis le 3 août 2014, qu'ils aient été trouvés par moi-même (162) ou qu'ils m'aient été montrés par un autre astronome amateur (6).

Parmi les objets que j'ai trouvés par moi-même, depuis le 3 août 2014, il y a 90 des 110 objets du catalogue Messier. Emmanuel m'en ayant montré 3 autres, j'ai donc observé 93 objets Messier en tout. J'ai revu, d'août 2014 à juillet 2015, tous les objets Messier observés avant août 2014.

Appréciation d'ensemble

En août 2014, je m'étais donné pour objectif principal de trouver et observer au télescope, avant août 2015, les grands classiques du ciel : la Lune, les cinq planètes visibles à l'oeil nu, quelques étoiles parmi les plus brillantes, la Grande galaxie d'Andromède, le Grand amas d'Hercule, la Grande nébuleuse d'Orion, l'Anneau de la Lyre, la Nébuleuse de l'Haltère et quelques autres objets du ciel profond. J'avoue avoir été stupéfait, en cours de route, de voir que j'allais largement et rapidement dépasser cet objectif. Je me suis donc donné un objectif complémentaire : trouver les deux tiers des objets Messier avant août 2015, objectif complémentaire que j'ai finalement atteint et dépassé en juin. Ajoutons à cela que, dans les faits, à chaque sortie, je voulais aussi trouver le plus grand nombre possible d'objets célestes que je n'avais pas encore observés.

Ce dépassement de mon objectif principal et de mon objectif complémentaire est évidemment très agréable : je sais maintenant que, dans la mesure où je dispose du bon instrument, des conditions d'observations adéquates et d'une bonne préparation, je suis presque toujours capable de trouver les objets que je veux observer. Seuls quelques objets ont réussi jusqu'ici à se soustraire à mes recherches, peut-être une dizaine, en raison par exemple de leur faible luminosité ou d'une préparation insuffisante de ma part. Cependant, je dois préciser que je n'ai pas essayé de chercher des objets que je savais clairement être au dessus de mes possibilités. D'autres objets, quant à eux, n'ont pu être observés faute de temps ou de conditions favorables.

Mon objectif principal et mon objectif complémentaire ont été atteints et dépassés en réalisant un objectif parallèle, que je m'était donné, lui aussi, en août 2014 : tout chercher et trouver par la technique du « saut d'étoiles », sans utilisation de système de repérage informatisé (« go-to ») ni même de système de coordonnées sur monture. J'en suis très content, car la réalisation de cet objectif parallèle m'a permis d'apprendre à mieux connaître le ciel, à découvrir des constellations que je ne connaissais pas, à savoir que tel objet se cachait près de telle étoile.

La réalisation de mes trois objectifs m'a aussi fait faire ce qui a été pour moi une découverte étonnante : celle des saveurs célestes saisonnières. Ainsi, si le printemps est la saison des galaxies, l'été est la saison des amas globulaires et l'automne est celle des amas ouverts.

Dans un autre ordre de choses, deux faits marquants de cette année sont mon inscription au club d'astronomie Le ciel étoilé de Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud et ma participation à des discutions sur l'astronomie, par internet. L'une et l'autre ont été des occasions d'échanges avec d'autres astronomes amateurs qui m'ont appris beaucoup de choses sur l'observation. De plus, l'inscription au club me donne maintenant accès à un très beau site d'observation ainsi qu'à d'excellents instruments, même si je les ai jusqu'ici peu utilisés.

Tout au long de cette année, Emmanuel a été pour moi un Mentor remarquable. Non seulement m'a-t-il donné mon premier télescope, des oculaires de base et des livres pour m'aider à préparer mes sorties, mais il a guidé mes achats ultérieurs et m'a donné de judicieux conseils pour l'observation. De plus, plusieurs de mes sorties se sont faites avec lui et ont été remarquablement agréables.

Perspectives

J'ai fait, au cours de l'année qui vient de passer, une tournée impressionnante du ciel, cherchant généralement à trouver au cours d'une même sortie, tel que mentionné plus haut, le plus grand nombre possible de nouveaux objets célestes, des objets souvent disséminés sur l'ensemble de la voûte céleste. Toutefois, je ressens maintenant le goût de me concentrer davantage, lors d'une même sortie d'observation, sur une petite région du ciel à observer plus méthodiquement et plus finement (en la fouillant davantage, en utilisant différents grossissements et en utilisant éventuellement des filtres appropriés), ce que j'ai d'ailleurs commencé à faire au cours des deux derniers mois. Cela ne m'empêche toutefois pas de souhaiter observer, lors de mes sorties à venir, d'autres objets célestes disséminés ça et là, particulièrement des objets Messier non encore observés ou des objets du système solaire.

Les termes utilisés ici, relativement à ces perspectives, sont à dessein: « je ressens maintenant le goût » et « souhaiter observer ». Je ne fais pas de ces perspectives des objectifs à proprement parler, indiquant plutôt vers quel type d'observation je me sens attiré en ce moment.

Carpe noctem !

Sébastien