samedi 26 septembre 2015

Rapport d'observation astronomique 2015.09.25.s Franchement content !


Quelques objets célestes observés (en vert)
Introduction 
Soirée d'observation de 20h00 à 23h00, environ, vendredi 25 septembre, du jardin, en banlieue. Ciel bien dégagé, température fraîche et sèche (peut-être entre 5 et 10 °C ?), peu de vent, mais Lune presque pleine, pollution lumineuse urbaine et vue gênée sur trois côté (sauf au sud) par les arbres et les maisons, de telle sorte que seuls les objets hauts étaient observables.

J'ai utilisé mes jumelles Bushmaster 10x50, pour les premiers repérages, et mon télescope SkyWatcher Traditional 203/1200, utilisé avec des oculaires de 32 mm, de 25 mm, de 12 mm, de 7 mm et de 5 mm pour des grossissements respectifs de 38x, 48x, 100x, 171x et 240x et des champs respectifs de 112', 75', 36', 21' et 15'. J'ai aussi utilisé un filtre neutre 25% pour l'observation de la Lune.

Les propriétaires de la maison où j'habite m'ayant permis d'utiliser leur jardin, je les ai invités, avec leurs trois enfants (d'environ 4 à 10 ans), à venir s'initier à l'observation, ce qu'il ont fait de 20h15 à 20h45, environ.

Observations

Après avoir ajusté le Telrad et le chercheur sur Vega, je fais un petit détour pour observer la Double-double de la Lyre. À 38x, à 48x, comme à 171x, je ne parviens cependant qu'à voir deux composantes de ce système multiple.

Je passe rapidement à mon premier objectif de la soirée : l'amas ouvert Stephenson 1, dont font partie les étoiles δ1 Lyr et δ2 Lyr. Trouvé à 38x, il montre une douzaine d'étoiles à 100x. Il a l'apparence d'un triangle en équilibre sur la tête, avec un groupe d'étoiles plus faibles entre les deux étoiles du haut. C'était ma première observation de cet objet céleste.

Les propriétaires de la maison et leurs enfants arrivent à cet instant. Puisqu'il est dans l'oculaire, j'en profite pour leur montrer Stephenson 1. Rien de bien spectaculaire pour l'instant! Je me tourne donc rapidement vers l'Anneau de la Lyre (M57) et le Grand amas d'Hercule (M13), leur expliquant qu'il s'agit, pour l'un, d'un nuage de gaz expulsé par une étoile et, pour l'autre, d'un ensemble de 100 000 étoiles. En fait, après vérification, le lendemain, il y en aurait plutôt 500 000. Mais qu'importe : 100 000 étoiles, voilà un nombre qui fascine les enfants et même leurs parents! Les enfants sont étonnés d'apprendre que 100 000 étoiles dans cette petite tache lumineuse, c'est beaucoup plus d'étoiles que tout ce qu'il peuvent voir à la campagne par la nuit la plus noire. Mais comme il vont bientôt rentrer se coucher, je termine avec ce que je leur réservait pour la fin, le plus spectaculaire et le plus éblouissant : la Lune ! Montrer la Lune à des enfants, au télescope, c'est leur montrer ce qu'ils connaissent déjà mais avec une foison de détails qu'ils n'ont jamais vus, ce qui les remplit d'un étonnement et d'une joie intenses. Aussi, la vue des cratères a été pour eux très excitante et c'est, je crois, le souvenir qu'ils garderont de leur initiation à l'observation. Je leur ai donc montré cette Lune presque pleine à 38x, pour qu'ils en aient une vue d'ensemble, puis à 240x. (C'était d'ailleurs pour moi aussi ma première observation lunaire à 240x.) À ce grossissement, en fait, je leur ai montré le terminateur. La combinaison de ce grossissement et de la turbulence donnait l'impression un peu mystérieuse que le relief du terminateur était un ensemble de vagues en mouvement. À la toute fin de leur sortie, j'ai montré au plus vieux des enfants à trouver la Lune à l'aide du Telrad. L'ayant donc bien centrée au Telrad, il était à la fois étonné et fier d'annoncer à son père qu'il la voyait dans le télescope !

Après cette initiation familiale fort agréable, j'ai repris le cours de mes observations planifiées.

M56, amas globulaire dans la Lyre. Assez facile à trouver, pratiquement dans le prolongement de β Lyr et de γ Lyr. Trouvé à 38x, il présentait une tache floue à 100x. C'était ma première observation de cet objet céleste.

M29, amas ouvert, environ 1,5° au sud de γ Cyg. J'avais bûché en vain, lors d'une précédente sortie, pour trouver cet amas situé au zénith, ayant de la difficulté à m'orienter dans ce magnifique fouilli d'étoiles de la Voie Lactée et ayant de la dificulté à comprendre comment manipuler le télescope dans un contexte où on perd littéralement le nord. Mais voilà : prenant bien mon temps, je l'ai finalement trouvé, reconnaissant son air de parenthèses inversées )( vu sur les photos. Trouvé à 38x, je l'ai observé à 100x. Huit étoiles étaient bien visibles, mais un total de douze était visible en vision décalée.

NGC 6910, amas ouvert, moins d'un degré au nord de γ Cyg. Trouvé à 38x, je l'ai observé à 100x. On voyait fort bien deux étoiles brillantes, aux extrémités, reliées par une chaîne incurvée d'environ huit étoiles plus faibles donnant à l'ensemble l'allure d'un sourire dans le ciel. C'était ma première observation de cet objet céleste.

M39, amas ouvert, environ 2° au nord de ρ Cyg. Un autre amas pour lequel j'avais bûché en vain, lors d'une précédente sortie. Plus difficile à identifier que M29, il a fallu que j'observe attentivement la configuration des étoiles des alentours pour me convaincre qu'il s'agissait bien de M39. Trouvé et observé à 38x. Environ vingt à vingt-deux étoiles encore groupées dans un triangle en équilibre sur la tête, mais plus lumineux, plus étendu et plus riche que Stephenson 1.

M15, amas globulaire, dans le prolongement de θ Peg et d'ε Peg. Trouvé à 38x et observé à 100x. M15 étant proche de la Lune, j'ai attendu que celle-ci disparaisse derrière la maison pour observer l'amas, mais la lumière lunaire n'a pas permis d'en faire une observation bien palpitante ... Je le montre malgré tout à mon frère Jérôme qui sait que je fais de l'astronomie dans le jardin et qui passe par là. J'en profite pour jaser cinq ou dix minutes avec lui.

Après son départ, j'observe Le Fantôme de Mirach (NGC 404), galaxie elliptique dans Andromède. Mon frère Emmanuel l'avait vu dimanche dernier, en banlieue, avec son T305/1500. J'avais en vain cherché à voir cette galaxie, l'an dernier, et je ne m'attendais guère à la voir en banlieue avec mon T203/1200, avec une Lune plus lumineuse que dimanche dernier. Toutefois, suivant les indications d'Emmanuel, je parviens à mon grand étonnement à trouver cette galaxie, à peu près au nord de Mirach. C'est une tache floue à peine perceptible, mieux visible en vision décalée et en sortant Mirach du champ.

Le froid prenant alors le dessus, je décide, très satisfait de cette sortie, de rentrer mon matériel et d'aller me coucher.

Conclusion

Il y avait longtemps (depuis la fin de l'hiver ou le début du printemps) que je n'avais pas observé de chez moi, en banlieue. Les conditions lumineuses étaient loin d'être idéales, mais le temps était sec, pour la première fois depuis de longs mois, de telle sorte qu'il n'y avait de buée ni sur le Telrad ni sur le chercheur et que le repérage, étonnamment, a été beaucoup plus facile que lors des trois ou quatre dernières sorties en campagne. Le confort de la cour, avec ses chaises confortables et sa grande table où installer mon matériel, a aussi été fort apprécié. Cette soirée a été une belle occasion pour prendre mon temps à m'habituer à observer au zénith, ce que je trouve toujours assez difficile. Je suis particulièrement content d'avoir pu observés les trois objets que je n'avais pas réussi à trouver cet été et l'an passé : M29, M39 et NGC 404. En tout, j'ai toutefois pu observé six objets célestes que je n'avais jamais vus auparavant. Quant aux propriétaires de la maison et à leurs enfants, je crois qu'ils ont été ravis de leur initiation à l'observation, en particulier celle de la Lune.