samedi 20 août 2016

Petite tournée lunaire - Mini-rapport d'observation astronomique 2016.08.19.s

Vendredi soir 19 août, j'avais le goût de jeter un petit coup d'oeil à la Lune qui avait été pleine le 18 au matin. J'ai donc sorti le T114/1000 sur ma galerie, en banlieue, pour faire quelques observations. La lumière lunaire étant assez intense, j'ai aussi utilisé le filtre neutre 20% et je me suis contenté d'un grossissement de 40x. (À 200x, même avec le filtre, l'intensité de la lumière était trop violente pour faire une observation confortable.)

Outre des détails de surface déjà observés, comme les grandes mers et quelques cratères, je voulais jeter un coup d'oeil à quelques détails relativement proches du limbe occidental  que j'ai, jusqu'ici, beaucoup moins observé que le reste de la Lune. (Petit rappel: sur la Lune, l'est et l'ouest sont inversés par rapport à l'orient et l'occident célestes.)

J'ai donc fait trois observations qui étaient nouvelles pour moi : 

Le cratère Gassendi, situé au nord de Mare Humorum, qui regorge de détails internes très intéressants mais qui n'étaient malheureusement pas visibles à 40x. Par contre, quatre craterlets se présentant comme des points blancs étaient bien visibles à l'ouest de Gassendi. J'espère y revenir pour l'explorer davantage.

Le petit cratère Byrgius A, qui se distingue facilement en raison de son blanc éclatant et de ses rayons, alors que Byrgius, en marge duquel il se trouve, plus grand mais aux remparts discrets, restait totalement invisible.

Les dépôts pyroclastiques Doppelmayer, larges dépôts de cendres volcaniques sombres au sud-ouest de Mare Humorum. Ces dépôts se présentent comme une tache allongée, nettement plus sombre que le basalte de Mare Humorum. Contrairement aux éléments en relief, ce genre de sol s'observe mieux avec une lumière directe qui favorise le contraste entre les deux types de matériaux.

Une chose que j'aimerais bien observer, une prochaine fois, serait l'ensemble formé par les cratères Aristarchus et Herodotus, le Plateau Aristarchus et Vallis Schröteri. J'ai bien essayé à 200x, mais l'intensité lumineuse et le manque d'ombres rendaient l'observation très difficile et incertaine. J'espère y revenir avec le T203/1200, à 240x, lorsque l'éclairage sera rasant.