mercredi 26 avril 2017

Première lumière de ma nouvelle lunette – Rapport d'observation astronomique 2017.04.25.m

Je me suis réveillé, cette nuit, et, en jetant un coup d'oeil par la fenêtre, j'ai constaté qu'il y avait enfin un ciel passablement dégagé. Jean de Lafontaine écrivait, à la fin de sa fable Le petit poisson et le pêcheur : « Un tien vaut, se dit-on, deux tu l'auras : l'un est sûr, l'autre ne l'est pas ». J'en ai donc profité pour sortir dans la cour, environ de 2h15 à 3h15, pour essayer ma nouvelle lunette Sky-Watcher 120/600. Une petite merveille.

Passages nuageux, pas de Lune mais pollution lumineuse urbaine. J'ai utilisé les oculaires de 25 mm et de 12 mm pour des grossissements respectifs de 24x et de 50x et pour des champs réels respectifs de 2,5° et de 1,2°.

Première lumière : Jupiter, planète, accompagnée de ses satellites Io, Calisto et Ganymède! À 24x et 50x. Deux bandes sombres se devinaient sur Jupiter à 50x. L'aberration chromatique attendue s'est manifestée sous la forme d'une sorte de rayonnement ou de couronne lilas autour de la planète, mais rien de vraiment gênant en observation visuelle.

NGC 457, E.-T. ou la Chouette, amas ouvert dans Cassiopée, observé à 24x et 50x. En plus des deux yeux (φ1 et φ2 Cas, qui ne font pas partie de l'amas), on pouvait voir une douzaine d'étoiles de l'amas proprement dit.

M57, l'Anneau de la Lyre, nébuleuse planétaire dans la Lyre, observée à 24x et 50x, trouvée à 24x et observée à 50x. À 50x, la partie sombre centrale se discernait mieux en vision périphérique qu'en vision directe.

Albireo, étoile double optique dans le Cygne, observée à 24x et 50x. Les couleurs orangée de l'étoile primaire et bleutée de l'étoile secondaire étaient bien contrastées.

M13, le Grand amas d'Hercule, amas globulaire dans Hercule, observé à 24x et 50x. Comme il était pratiquement au zénith et que je n'avais pas un position d'observation très confortable, je ne m'y suis pas attardé.

M56, amas globulaire dans la Lyre, observé à 50x. Une tache floue visible en vision directe, mais qui ne saute pas aux yeux. Contrairement à tous les autres objets de cette sortie d'observation, chacun plusieurs fois observés, ce n'était que la deuxième fois que j'observais cet amas.

Saturne, planète, observé à 24x et 50x. À 24x, elle se présentait sous une forme oblongue; à 50x les anneaux étaient biens distincts.

Dans l'ensemble, je suis très content de ma lunette. L'optique est bonne et, en raison de l'absence de miroir secondaire, au centre du tube, la lunette rend un meilleur « piqué » des étoiles observées qu'un télescope ne le fait. La vision non-inversée permise par le coude de 45° rend la recherche par saut d'étoile étonnamment facile et un brin plus rapide, même si je suis habitué à la vision inversée. La vision au zénith, par contre, est rendue un peu plus difficile par le fait que la lunette a alors tendance à basculer toute seule vers l'arrière en raison de son poids, situé en entier du même côté de l'axe azimutal. Mais j'ai remarqué, ce matin, qu'en déplaçant le tube vers l'avant, à l'intérieur de ses cercles de fixations au trépied, elle bouge moins. Le vendeur m'avait avisé de ce défaut et suggéré de fixer un contrepoids à l'avant, ce que je vais faire lorsque j'observerai proche du zénith. Quant au « point rouge », qui fait office de chercheur, il fonctionne aussi bien et aussi simplement qu'un Telrad. Comme mon oculaire grand champ donne, sur ma lunette, un champ réel de 2,5°, j'estime inutile l'ajout d'un chercheur classique ou de quoi que ce soit d'autre. Je suis content.

Le soleil s'est couché et le ciel est complètement dégagé. Je vais ressortir ce soir pour observer mais, comme je suis fatigué, je ne sais pas encore si ce sera aux jumelles ou à la lunette.