samedi 12 mai 2018

Nébuleuses planétaires et galaxies – Rapport d’observation astronomique 2018.05.11

Sortie parfaite à l'observatoire du club Le Ciel étoilé de Saint-Pierre, hier soir (vendredi 11 mai). Ciel dégagé, pas de Lune, température fraîche mais confortable. J'y suis allé avec un autre membre du club, Martin. Nous avions nos jumelles (moi-même mes 9x63) et nous avions apporté des oculaires pour utiliser avec le télescope 305/1524 du club : les 13 mm et 24 mm de Martin et mon 32 mm. Avec ce télescope, ils procurent des grossissements respectifs de 117X, 64X et 48X. D'autres membres du club étaient présents, avec divers instruments, dont Denis, avec le télescope de 36 pouces et Yves avec des jumelles 15X70 (champ de 4°) montées sur trépied. C'était bien agréable de jaser avec les autres et de se promener d'un instrument à l'autre tout au long de la soirée, avec le murmure constant du ruisseau. À l'aller, nous avons vu trois chevreuils, sur la route et à l'orée du bois.

Tout a commencé au crépuscule, avec l'observation de Jupiter et des quatre satellites galiléens dans les jumelles d'Yves et les miennes. Si mes 9x63 sont excellentes, les 15x70 d'Yves sont d'une qualité fantastique! Dans ses jumelles, Jupiter était une petite sphère bien délimitée et ses satellites de petits points biens nets.

Puis pendant (et après) que Martin trouvait et me montrait l'amas globulaire Messier 3 au télescope (et qui se résolvait très bien en étoiles), j'ai fait quelques observations de galaxies avec mes 9x63 : Messier 101 (UMa), 51 (CVn) et 106 (CVn), qui apparaissaient toutes trois comme de très petites taches floues. Messier 51, aux 9x63 à Saint-Pierre, est plus facile à voir qu'en banlieue avec mon T203/1200, ce qui en dit long sur la lumière en ville! C'est aussi à peu près à ce moment que j'ai été voir la nébuleuse planétaire de l'Anneau de la Lyre (Messier 57), dans le télescope de 11 pouce d'un autre membre du club.

Continuant avec les 9x63, j'ai ensuite pu voir un de mes objectifs de la soirée : la nébuleuse planétaire du Fantôme de Jupiter (NGC 3242), observée ensuite au T305/1524, puis avec les 15x70 d'Yves. C'était ma première observation de cette nébuleuse que je souhaitais voir depuis longtemps. Aux jumelles, son apparence est stellaire. Au télescope à 117X, elle porte bien son nom, ressemblant beaucoup à Jupiter. C'est une belle grande tache au contour étonnamment net et d'un surface de brillance constante.

Je suis ensuite passé à trois galaxies de la Chevelure de Bérénice, au télescope, juste à coté de l'Amas stellaire Coma (Melotte 111) : NGC 4494, NGC 4565 (l'Aiguille, j'y reviens bientôt) et surtout NGC 4559, cette dernière étant mon autre objectif de la soirée, ne l'ayant encore jamais vue. NGC 4559, une spirale mixte, qui avait plutôt l'air d'une irrégulière et qui faisait un peu penser à NGC 4631 (la Baleine), était la plus brillante des trois. Elle était aussi flanquée, de part et d'autre, juste à la limite de sa périphérie visible, de deux étoiles assez lumineuses. NGC 4494, de son côté, était une petite tache discrète.

Martin m'a ensuite montrée la jolie petite nébuleuse planétaire NGC 4361, dans la constellation du corbeau. Cette nébuleuse moins connue n'est pas sans me faire penser au Fantôme de Jupiter, mais en plus petit. (Sur la carte ci-dessus, juste en bas à gauche du mot "Corbeau".)

Et maintenant : le plus beau de la soirée, que je gardais pour terminer ce rapport d'observation : les galaxies NGC 4565 (l'Aiguille), mentionnée plus haut, et Messier 104 (le Sombrero), que Denis nous a montrées dans le télescope de 36 pouces, à peut-être 200x. Wow !!!

Pour ce faire d'abord une idée du télescope dont il est question ici, il faut d'abord dire que « 36 pouces » signifie que le miroir principal du télescope est d'un diamètre de 36 pouces. La longueur du tube, elle, est peut-être autour de trois ou quatre mètre. (Pour observer dans le télescope, il nous a fallu monter sur un escalier mobile qui fait penser aux escaliers mobiles, dans les bandes-dessinées de Tintin, servant à monter dans un avion.) Ce télescope est un instrument d'optique qui allie à la fois élégance, finesse et gigantisme !

Ces deux galaxies, vues par la tranche, sont traversées sur toute leur longueur par une bande de poussière sombre. NGC 4565, l'Aiguille, qui est l'une de mes galaxies préférées, remplissait toute la largeur du champ de vision. Très fine et élancée (d'où son nom), elle comportait un petit renflement, au milieu, et sa bande sombre séparait très nettement les deux moités de la galaxie, sur le sens de la longueur. La bande sombre de Messier 104, de son côté, en raison de l'angle de vision un peu plus incliné de cette galaxie, délimitait très bien son rebord. Ce rebord assez net et l'allure d'ensemble de cette galaxie lui ont valu sont nom de « Sombrero ». Il lui va très bien.

Grand merci à Martin, Denis, Yves et tous les autres astronomes présents qui ont contribué à ce magnifique partage d'observations!